Quels sont les signes et symptômes d’allergie au chocolat ?

Bien qu’une véritable allergie à la fève de cacao s’avère assez rare, la majorité des réactions et des symptômes d’allergie seraient plutôt causés par les nombreux ingrédients et substances intervenant dans la fabrication de barres de chocolat, desserts et de bonbons chocolatés. Il importe de reconnaître quels sont les signes et les symptômes d’une allergie au chocolat, afin d’être en mesure de déterminer si un enfant (ou adulte) a développé une réaction allergique, et ainsi intervenir rapidement s’il y a lieu.

Les divers signes et symptômes

Les symptômes d’une allergie au chocolat se déclenchent dans la plupart des cas dans l’heure après la consommation de chocolat. Mais ils peuvent mettre jusqu’à trois heures à apparaître.

Ces symptômes comportent de nombreuses similitudes avec d’autres types d’allergies alimentaires.

Symptômes d’ordre respiratoire – Cette forme plus grave d’allergie provoque une gêne respiratoire, comme l’essoufflement, de la toux, et même une crise d’asthme. Lorsque plusieurs ingrédients sont à l’origine de l’allergie, cela peut entraîner des sensations d’oppression dans la poitrine, des vertiges, et des palpitations cardiaques. Si la réaction affecte plusieurs organes du corps, il peut survenir une réaction spectaculaire, appelée choc anaphylactique, qui peut s’avérer mortelle.

Les symptômes suivants nécessitent de transporter immédiatement la personnes atteinte vers le service d’urgence le plus proche : douleurs thoraciques, confusion, panique, pouls faible, nausées, vomissements, enflure de la bouche, langue ou gorge, à un tel point que cela empêche d’avaler ou de respirer normalement. Les personnes souffrant de réactions aussi extrêmes ne devraient pas toucher ni consommer de produits chocolatés, et toujours avoir à proximité de l’épinéphrine.

Maux de tête – La caféine contenue dans le chocolat peut causer des maux de tête à certaines personnes. Toutefois, les personnes affectées devraient vérifier auprès d’un professionnel de la santé si le chocolat s’avère véritablement le responsable de leurs symptômes.

Éruptions cutanées – Désignées comme de l’urticaire, des éruptions cutanées peuvent émerger après la consommation de chocolat. Des taches rouges apparaissent alors autour du visage et du cou, et peuvent s’étendre à d’autres parties du corps, comme les bras, jambes, et abdomen. D’autres réactions de ce genre peuvent aussi surgir dans la région de l’anus.

Agitation et irritabilité – Le chocolat aide généralement à booster l’humeur et en quelque sorte à élever l’esprit. Cependant, certaines personnes ressentent des effets néfastes à l’opposé de l’effet ressenti habituellement, et développent de l’agitation et de l’irritabilité. Cela est généralement attribuable à la théobromine présente dans le cacao, qui agit comme un stimulant du système nerveux.

Problèmes gastriques et intestinaux – Certaines personnes ressentent des brûlures d’estomac et d’autres problèmes gastriques et intestinaux, tels que de la diarrhée et des vomissements, après avoir ingérer du chocolat. Mais qu’à cela ne tienne, une majorité d’entre eux ne se privent pas d’en manger !

Ingrédients et composés du chocolat pouvant causer des allergies

Étant donné que le chocolat est fabriqué avec divers ingrédients, une réaction allergique peut survenir en raison de la présence d’autres ingrédients, tels que le cacao, lait, caféine, gluten, variété de noix, soja, sirop de maïs, maïs, colorants, additifs, arômes alimentaires, et produits chimiques.

L’élément principal du chocolat est le cacao. Il provient de fèves de cacao traitées par des procédés de fermentation, broyage et torréfaction. Le cacao ne s’avère généralement pas la cause à l’origine d’une allergie au chocolat. Toutefois, les fèves peuvent contenir des traces de blattes (qui sont restées accrochées sur celles-ci) qui peuvent incommoder certains individus.

Le chocolat comporte une bonne dose de tyramine et d’histamine, qui peuvent causer de la toux et de l’asthme à certaines personnes. Voilà pourquoi un bilan allergologique complet est recommandé aux individus généralement incommodés par l’ingestion de chocolat.

Plusieurs additifs ajoutés dans la fabrication de produits chocolatés consistent en des agents conservateurs, tels que l’hydroxyanisole butylé (BHA), hydroxyloluène butylaté (BHT), nickel, et colorant tratrazine, en plus de la caféine et de la théobromine qui stimulent ses effets, de même que la tyramide et phényléthylamine, qui causent des migraines.

Quels types d’individus sont plus à risque ?

L’allergie au chocolat peut survenir autant chez les enfants que les adultes. Les enfants de parents qui souffrent eux-mêmes d’une allergie au chocolat sont plus susceptibles d’en développer également, les scientifiques ayant formulé l’hypothèse que ce type d’allergie puisse être héréditaire. Il y aurait deux fois plus de risque de développement de cette allergie chez les enfants dont un des parents est allergique, alors que le risque devient 4 à 6 fois plus élevé quand les deux parents à la fois ont cette allergie.

Par ailleurs, de nombreuses études scientifiques ont démontré que l’allergie au chocolat a tendance à affecter les individus disposant d’un système immunitaire affaibli.

L’allaitement maternel exclusif, pendant une période allant de 4 à 6 mois, contribuerait à fournir aux nourrissons un degré de protection non négligeable contre l’allergie au chocolat, et les allergies en général.

Prévention et traitement

L’élimination du chocolat du régime alimentaire constitue sans doute la meilleure solution pour les personnes ayant développé cette allergie. Plusieurs trouvent néanmoins cette solution beaucoup trop drastique !

Lorsqu’il s’agit essentiellement de symptômes légers, comme la migraine et de l’inconfort au niveau intestinal ou de l’estomac, il importe de surveiller la liste des ingrédients mentionnés sur les produits chocolatés pour éviter de développer des symptômes d’allergie. Plus un chocolat est noir, meilleur il est pour la santé !

Il n’est pas toujours évident de surveiller et de contrôler une allergie au chocolat. En consultant un médecin, celui-ci sera parviendra probablement à identifier le ou les composants du chocolat qui sont responsables du déclenchement d’une réaction allergique. Dans la plupart des cas, le professionnel de la santé s’appuiera sur des tests cutanés et des tests sanguins pour déterminer la cause de l’apparition des réactions.